Publié le 20 Février 2007

Une ode à l'agneau :

A
h! Que le temps est long sans toi
Grâce à tes yeux, je peux rêver
Ne vois-tu pas que je suis là?
Etourdis par l'odeur des blés
Amertume de ton absence
Un amour sans abréviation

J'avoue que ce n'est pas du Rimbaud, et en plus, ce n'est même pas de moi ! Je viens de découvrir un site rigolo : un générateur de mots d'amour, d'accrostiches (
poème dans lequel les initiales de chaque vers composent un mot, comme ci-dessus) et d'éloges. On peut par exemple, s'envoyer un mail plein d'éloges pour sa petite personne, très utile pour se remonter le moral les jours de déprime...

Tout ça pour dire que l'agneau, c'est bon !

Recette :
- 2 rumsteks d'agneau, autrement dit des morceaux de gigot sans os
- 1 oeuf

Pour la panure :
- 1/3 chapelure
- 1/3 basilic haché
- 1/3 coriandre hachée
- 1 petite gousse d'ail hachée
- sel et poivre

Sortir la viande du frigo 20 minutes avant de la préparer.
Dégraisser un peu les morceaux si c'est utile.
Mélanger tous les ingrédients de la panure dans une petite assiette.
Les ingrédients sont à calculer selon votre goût. Moi j'ai préféré laissé de la place pour le goût de l'agneau, donc je n'ai pas mis beaucoup de panure.
Battre doucement l'oeuf.
Tremper succéssivement les rumstecks dans l'oeuf puis dans la panure et les déposer dans une poèle chaude dans un mélange d'huile et de beurre (on peut même ajouter une petite gousse d'ail pour les fans).
Pour une viande rosée (c'est comme ça que c'est le meilleur), compter 3-4 minutes de chaque côté selon l'épaisseur des morceaux.
Accompagner de flageolets et/ou, comme moi, de frites au four maison, croustillantes et moelleuses...

Voir les commentaires

Rédigé par Caro

Publié dans #Plats du jour

Repost 0

Publié le 19 Février 2007

Je me vente un peu partout d'être Madame patates, de les aimer plus que personne et patati et patata ! Mais si on regarde bien le menu de mon blog, on s'aperçoit qu'il n'y en a pas tant que ça des patates ! Me voilà prise en flagrant délit de pétage plus haut que mon cul...
Il va donc falloir que je m'astreigne à manger 8 kg de patates par semaine pour vous prouver que je ne suis pas du genre à affirmer des choses qui ne sont pas vraies ! Quelle galère ;-p

Je commence, dans la souffrance, ce dur chemin de croix avec une recette de pomme de terre au four améliorée, avec fromage et pancetta et une petite sauce tomatée. Hummmm ! euh non, je veux dire, quelle galère !!

Recette :
- 2 grosses pommes de terre
- 4 tranches de fromage à pâte molle au goût pas trop prononcé, ici du Passendal
- 2 tranches de pancetta
- sel et poivre

Pour la sauce crémeuse et tomatée :
- 10 cl de crème fraiche liquide (allégée ou pas)
- 1 à 2 cuillères à soupe de caviar de tomate à l'ail selon l'intensité du goût désiré
- 1 belle pincée de coriandre ou de basilic
- 1 cuillère à café de faux citron genre Sicilia, ou du vrai citron si on en a
- sel et poivre


Préchauffer le four à 200C°.
Bien laver les pommes de terre, si besoin à l'aide d'une éponge, puis les couper en 2. Les emballer individuellement dans du papier aluminium et les enfourner 30 minutes.
Pendant ce temps, on prépare la sauce : dans un bol mélanger tous les ingrédients dans leurs proportions minimum et gouter pour rectifier selon votre goût. Réserver au frigo.

Sortir les patates du four (ne pas l'éteindre) et ouvrir l'emballage alu (c'est pas chaud l'alu, pas de problème) : saler poivrer chaque moitié de pomme de terre, puis recouvrir d'une tranche de fromage. Finir par une tranche de pancetta au milieu avant de refermer et de re-passer au four au moins 30 minutes.
Vérifier la cuisson avec la pointe d'un couteau.
Servir avec des haricots verts ou une salade.

Voir les commentaires

Rédigé par Caro

Publié dans #Plats du jour

Repost 0

Publié le 8 Février 2007

Tout le monde a sa propre recette du gratin de coquillettes : de ma copine Caro qui fait gratiner ses coquilettes simplement saupoudrées de gruyère râpé jusqu'à Cyril Ligniac, le plus hype des chefs télévisuels, qui leur adjoint des dès de jambon... en passant par toutes celles proposées sur les blogs culinaires bien-sûr !
Ma mienne à moi toute seule mais que je veux bien partager avec vous parce que je suis une fille sympa, est toute simple mais je fais des ravages grâce à elle... notamment auprès de celui qui partage ma vie (et mes p'tits plats) et qu'on surnomme l'ogre de barbarie, celui devant qui vous ne devez jamais - au grand jamais - ne serait-ce que lacher des yeux, même pour quelques secondes, votre assiette remplie d'un quelconque plat incluant des pâtes... au risque de la retrouver vide, contrairemen à la bouche de l'ogre juste à côté...
La vie est dure... surtout quand on mange des pâtes !


Recette :
- 400 g de coquillettes (au moins)
- 4 saucisses genres knacks
- 200 g champignons de Paris
- 1 bel oignon
- 15 g beurre
- 3 cuillères à soupe de farine
- 50 cl bouillon de légumes
- 100 g de gruyère râpé
- huile
- sel et poivre

Faire chauffer l'eau pour les pâtes et les faire cuire assez de temps pour qu'elles restent fermes (elles vont continuer à cuire au four).
Faire chauffer un peu d'huile dans une poèle et y faire revenir l'oignon avec les saucisses coupées en petits morceaux (environ 1/2 cm) jusqu'à ce qu'elles soient légérement colorées. Puis réserver.
Pendant ce temps, couper les champis en tranches et les substituer au contenu de la poèle, saler et poivrer. Puis, lorsqu'ils sont tendres et dorés, réserver avec les chaucisses.
En même temps, réaliser une sauce blanche (ou béchamel sans lait au bouillon) avec le beurre, la farine et le bouillon [les proportions indiquées sont "à peu près", parce que je proportionne au pif] : faire fondre le beurre sans coloration, ajouter la farine hors du feu et mélanger, puis mouiller avec la moitié du bouillon et fouetter jusqu'à épaississement, allonger avec le reste de liquide et continuer à fouetter.
NB : si malgrès tout le soin et tout l'espoir que vous avez mis dans la réalisation de cette béchamel, vous obtenez un obscur mélange de liquide et de grumeaux, pas de panique ! Il suffit de passer le... truc au chinois ou au tamis et le tour est joué !
Dans un plat allant au four, verser les pâtes et les mélanger avec la moitié du gruyère, la béchamel, les chaucisses, l'oignon et les champis. Sapoudrer avec le reste de gruyère et zou ! au four pendant 15 minutes.
Miam, ch'est bon !

Voir les commentaires

Rédigé par Caro

Publié dans #Plats du jour

Repost 0

Publié le 1 Février 2007

J'aurais pu appeler cette recette "Pates aux poireaux version 3.0"... Ben oui, je voue presque un culte aux pâtes aux poireaux, j'adooooooore ça !! Comme on a déjà pu le constater ici (version originale et plus bas, edit pour la version 2.0).
Aujourd'hui, une petite variante puisque j'y ai ajouté de la Vache qui se marre pour plus de fun (hihihi) et qu'elles ont été faire un tour dans le four pour un résultat délicieux et bourratif (à prononcer avec un Krisprols dans la bouche).


Recette pour 1 personne (y'a des fois comme ça où on est toute seule pour manger, sniff) :
- 1/2 paquet de ravioli frais (les miens sont à la mozzarella et aux aubergines, très bons)
- 1 poireau
- 1 cuillère à soupe de parmesan râpé
- 2 Vaches qui rigolent
- 10 cl de crème fraîche liquide (qu'on peut choisir ultra allégée genre 4% de mg, même que c'est même plus de la crème fraîche mais qui marche bien dans ce genre de recette...)
- 1 ou 2 pincées de paprika
- huilet beurre
- sel et poivre

Préchauffer le four à 200°C.
Laver le poireau et le couper en tronçons puis le faire fondre dans un peu de beurre et d'huile, saler, poivrer et couvrir. Laisser cuire à feu doux pendant 10-15 minutes.
Pendant ce temps, faire cuire les ravioli et les réserver.
Revenons à nos poireaux : ajouter la crème (ou l'ersatz de crème), le parmesan et les bovines hilares, mélanger et baisser le feu.
Une fois le tout bien fondu, mélanger aux ravioli et mettre dans un plat au four, saupoudrer de paprika et c'est parti pour un séjour à Gratin'land le temps que ça... gratine !
Miam !

Voir les commentaires

Rédigé par Caro

Publié dans #Plats du jour

Repost 0